Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Oct

les anciennes !

Publié par liber-t  - Catégories :  #les anciennes

bassin-le-6-10-2012-032.JPG 

Vincent HRD est une marque de motos britannique.

Historique

La première HRD est née dans l'esprit de Howard Raymond Davies alors qu'il vivait des heures sombres. En effet, cet aviateur britannique a été capturé par les Allemands en 1917. Durant sa détention, il imagina comment créer la moto parfaite.
En 1924, il s'associa avec E. J. Massey pour construire la machine de ses rêves. Elle était en avance sur son temps, la recherche esthétique étant une base de sa conception. Elle utilisait un moteur JAP. Elle remporta le Tourist Trophy en 1925.

En 1928, Philip Vincent achète la marque et l'outil de production HRD. Tout naturellement, la firme est rebaptisée Vincent HRD.
Pour l'anecdote, les premiers logos portaient l'inscription "HRD" en gros et "Vincent" au-dessus, en plus petit. En 1949, ce logo sera remanié, mettant "Vincent" dans un bandeau au-dessus de "HRD" et de la même dimension, pour prévenir tout risque de confusion avec Harley-Davidson (H-D) sur le marché américain.

Jusqu'en 1934, la marque produisait sept modèles différents, dont quatre motorisés par un monocylindre de 499 cm³ imaginé par Vincent lui-même.

En 1931, l'ingénieur Phil Irving rejoint l'équipe Vincent. Il crée un bicylindre de 998 cm³ développant 45 chevaux. Il était couplé pour la première fois à une boîte à quatre rapports avec sélection au pied. Ce moteur prenait place dans une nouvelle moto, présentée en 1936 sous le nom de Rapide. Elle inaugurait une nouvelle suspension arrière cantilever qui sera utilisée sur toutes les Vincent jusqu'en 1955.

En 1948, Vincent présente la Black Shadow. Sur une base de Rapide, le moteur et la boîte de vitesse reçoivent un traitement noir. Le gain de puissance, par rapport à la Rapide, est dû au polissage des pièces internes du moteur et de la boîte. Son compteur Smith indiquait 150 mph, mais elle se contentait d'un petit 125 en pointe. Ce fut la première moto de série à dépasser les 200 km/h.

Mais la Vincent la plus spectaculaire est probablement la Black Ligntning. C'est une Black Shadow préparée pour la course. N'étant pas prévue pour circuler sur route, elle subit une cure d'amaigrissement en abandonnant toute la panoplie d'instruments réglementaires (phares...) et de confort (selle monoplace). Le moteur est optimisé pour délivrer 70 chevaux. 31 Black Lightnings seront construites, ses succès en course partout dans le monde contribuant à la réputation de performance des Vincent.

Mais, en 1955, Philip Vincent annonce que la firme arrête la production. Perdant trop d'argent, et plutôt que de réduire les coûts de production en baissant la qualité, l'équipe dirigeante préféra mettre fin à l'aventure Vincent.

Surfant sur la vague rétro, la société américaine Harper Engineering, qui continuait de fabriquer et vendre des pièces de rechange pour Vincent, acquiert les droits déposés par Vincent aux États-Unis. Les dirigeants décident de recréer une Vincent en 2004. Seulement réservée aux États-Unis, cette Vincent est disponible en quatre versions : Standard, Sport, Touring ou Cruiser. Le moteur utilisé pour cette machine provient d'une Honda VFR. Cette mécanique n'est pas jugée légitime dans le cadre d'une Vincent et le succès n'est pas au rendez-vous.

 bassin-le-6-10-2012-031.JPG

bassin-le-6-10-2012-030.JPG

Commenter cet article

Archives

À propos

nos voyages en camping-car & toutes nos passions